4 conseils pour faire face à la baisse du reach Facebook

Le par | Catégorie: Réseaux sociaux.

Tags: , , , ,

Évoqué à plusieurs reprises dans le micro-cosmos des “gestionnaires de communauté”, la baisse du reach a toujours suscité un virulent débat entre paranoïa et constats quasiment scientifiques… Il y a d’ailleurs encore peu, différents articles ont remis le sujet sur la table en affirmant cette baisse de visibilité devenait de plus en plus flagrante…

Sauf qu’il y a peu Facebook a enfin prit la parole sur le sujet en confirmant de manière publique son choix de diminuer la diffusion organique des publications.

Generating-Business-Results-on-Facebook-2

Bien entendu, cela ne fait qu’une fois de plus allumer la mèche à une poudrière de community managers désarmés qui constatent et subissent avec regret une baisse de reach organique concernant leurs publications… Même si cela peut paraître regrettable pour nous marketteux, la baisse du reach n’est pas un mythe et touche à différents degrés les marques qui communiquent sur Facebook.

Quelles sont donc les solutions à apporter pour faire face à ce problème technique ? Quelles sont les clés pour qu’une publication soit visible et puisse transmettre correctement vos messages auprès de vos cibles ? Aujourd’hui, sur YouSeeMii nous vous proposons 4 pistes de réflexion pour tenter de palier ce problème ainsi que des piqûres de rappels vers d’autres articles qui pourront vous aider dans vos démarches.

1) Optimisez plus que jamais vos publications

Le NFO (News Feed Optimisation) n’est pas une surprise et existe depuis les prémices communautaire sur Facebook. Naturellement, de manière similaires à de célèbres moteurs de recherches, il est devenu plus ardu avec le temps d’être visible sur une plateforme qui ne cesse de comptabiliser de nouveaux membres / marques et par conséquent de flux d’informations générés…

C’est pourquoi nous avions déjà proposé sur le blog 10 étapes pour optimiser vos publications Facebook :

  • 1) Le timing
  • 2) Le rythme de publications
  • 3) Le wording
  • 4) Alternance de typologies de publications
  • 5) Alterner les thématiques éditoriales
  • 6) Valeur ajoutée des publications
  • 7) Ciblage des publications
  • 8) Anticiper les feedback
  • 9) Analyse des résultats
  • 10) Surveiller la concurrence

ciblage-facebook

Naturellement toutes ces pistes restent d’actualité et je vous recommande de les appliquer ou d’être plus rigoureux si vous ne les appliquez pas 😉 Après libre à vous d’en décider autrement mais par expérience il est judicieux de focaliser vos efforts sur l’alternance des typologies de messages et le ciblage de votre reach.

Le trio magique “Accroche texte – Lien bit.ly – Image” est surexploité si ce n’est quasi exclusif sur toutes les pages Facebook. Or, ces derniers ne sont pas dupes et cherchent à enrichir le contenu partagé sur leur plateforme en favorisant l’alternance des publications : textes, images simples, vidéos, liens internet… De récents articles font même état d’une nette amélioration concernant les simples statuts textes mais surtout les liens internet natifs.

De surcroît, le ciblage de vos publications que ce soit en terme de : géolocalisation, âge, sexe, statut relationnel… peut être une solution facile à appliquer. (Nous avions déjà divulgué  5 conseils à ce sujet pour publier vos messages Facebook aux bonnes personnes, au bon timing). 

 Certes, vous toucherez moins de fans qu’à l’origine mais vous favorisez davantage le nombre d’interactions et l’interception de votre message. Après c’est tout, il s’agit du véritable problème de la baisse de reach : une carence dans la transmission de vos messages publicitaires.

Dans ces cas-là il est tout autant favorable de concentrer la diffusion auprès de prospects qualitatifs. Cela peut même augmenter vos chances de viralité auprès de profils similaires si vous suscitez des interactions 😉

C’est donc à vous de tester et d’en tirer vos propres conclusions (je n’aime pas trop généraliser les chiffres / les performances car chaque communauté est unique et par conséquent les codes de communications doivent être en cohésion avec les membres).

0606 facebook mobile ads

2) Franchissez le cap du Facebook ads

Même si la baisse de portée des publications est légitime de la part de Facebook vis-à-vis de ses utilisateurs, il n’en reste pas moins un argument opportun pour ses finances. Vous imaginez bien, Facebook est davantage enclin à vous aider si vous êtes prêts à mettre la main à la poche 😉

Donc oui je vous l’accorde, il est dommage d’entrer dans ce cercle vicieux en faveur de Facebook… Mais d’un autre côté il est inutile de focaliser vos efforts créatifs sur une publication qui finalement ne sera quasiment pas consultée. A quoi bon communiquer sur Facebook si vous tirez à blanc ?

L’avantage de la publicité est qu’elle assurera votre visibilité et aura plus d’impact dans votre recrutement -qualitatif- de fans. A noter que les critères de ciblages sont aussi plus pointus et ils vous sera possible de bénéficier de toutes les forces de la plateforme avec notamment l’utilisation du Custom Audience.

Pour en savoir davantage sur le sujet, nous avions déjà proposé 14 conseils pour optimiser vos campagnes Facebook ads   (il y a eu de nombreuses mouvement sur la régie publicitaire mais les conseils restent d’actualité 😉 )

fanatic-tic-tac-facebook

3) Ecoutez, mais surtout conversez avec vos internautes

Une nouvelle fois il n’y a rien de nouveau à ce sujet mais la créativité apportée dans vos publications n’est pas suffisante. Facebook cherche à favoriser les publications qui suscitent plus d’intérêts et qui disposent un d’un potentiel viral. Cela passe donc par le travail qualitatif de votre contenu et de la valeur ajoutée que vous apportez à vos fans…

Toutefois, il est encore plus judicieux de créer des conversation avec vos consommateurs. Favorisez les CTA (Call to action), les questions / sondages, jeux afin d’inciter vos fans à communiquer avec vous. C’est aussi l’occasion parfaite de les engager via les commentaires en interagissant avec leurs réactions (que ce soit une question ou non).

L’apport d’événements ou de jeux concours sont d’excellents moyens pour apporter différentes impulsions tout au long de l’année auprès de votre communauté. C’est une façon de les mobiliser et créer une certaine effervescence selon la mécanique que vous souhaitez mettre en place. Il est bien connu que lorsqu’il y a une “carotte” il est toujours plus facile de créer de l’engagement… une situation qui fut d’ailleurs favorisée par facebook avec l’assouplissement de ses CGU promotionnelles.

D’une part cela démontre que vous êtes à leur écoute et que vous les valoriser, mais en plus cela peut avoir un impact sur la visibilité virale de vos publications. En somme, il s’agit de la base de la communication sociale… (ce qui est toujours important à rappeler car il semble que certaines marques oublient que les fans ne sont pas uniquement des valeurs volumétriques).

4) Mesurez vos performances

Constater la baisse de visibilité de votre contenu est une chose, mais détecter vos faiblesses techniques en est une autre.

Vous pouvez tout à fait cumuler les efforts éditoriaux et améliorer votre visibilité d’un point de vue quantitatif... Mais qu’en est-il en taux unique ? Quelles sont les véritables critères techniques qui améliorent votre visibilité auprès de votre communauté ? Que préfèrent vos fans et comment influencent-ils l’edgerank ?

Toutes les réponses à ces questions vous permettront d’avancer dans le bon sens. Sauf que pour cela il est nécessaire de mesurer votre activité et de la comparer face à vos données empiriques et vos objectifs de marque. Ce n’est pas la taille qui compte mais bien la qualité de la communication générée à travers votre page Facebook et vos ambassadeurs de marque.

Nouvelles stats

Enfin, j’ai lu dans plusieurs articles que certains blogueurs conseillent les community manager de quitter le navire pour migrer vers d’autres plateforme (certains vont même jusqu’à citenr de manière naturelle le réseau social Google + comme alternative).

C’est en effet une réflexion intéressante mais il ne faut pas oublier le cœur de votre communication sociale : votre client / cible de consommateur. Sont-ils présents sur d’autres plateformes ? (Il y a fort à parier puisqu’en moyenne, un internaute français est membre de 3,5 réseaux sociaux.). Est-il opportun pour vous d’y prendre part en tant qu’entreprise afin de répondre à la fois aux attentes des internautes et de vos objectifs de marque ? Ces canaux de communications, vous permettront-ils d’atteindre vos objectifs de marque ? Quelle valeur ajoutée ont-ils vis-à-vis de Facebook ?

Posez-vous les questions mais je reste persuadé qu’il n’est pas nécessaire de quitter Facebook 😉

Matthieu Dixte

Matthieu Dixte

Matthieu Dixte

Digital Native et Webmarketeur grâce à des études associant tourisme, commerce et webmarketing. Une devise simple rythme mon quotidien pour améliorer au maximum l’expérience client : KISS (Keep It Simple and Stupid).
Matthieu Dixte

Vous aimerez aussi...