David vs Goliath : Google+ vraiment plus populaire que Twitter ?

Le par | Catégorie: Intermédiaire, Web.

Tags: , , , , , ,

La nouvelle est tombée en ce début d’année (le 22 Janvier 2013) : Google+ est passé devant Twitter dans le nombre d’utilisateurs actifs au cours du mois de Décembre 2012, d’après le Global Webindex. D’aucuns pourraient dire qu’il ne s’agit que d’une tendance qui se contrebalancera au cours de prochains mois.

D’autres diront que vu la taille de Google, cette tendance viendrait à se confirmer. Quoiqu’il en soit, retournons sur cette nouvelle qui a fait parler d’elle et tentons une approche moins factuelle et plus prospective afin d’entrevoir la tendance pour les prochains mois.

Les chiffres ont parlé, Google+ est passé devant Twitter : un pavé dans la mare

Quand les spécialistes des médias sociaux dénigraient Google+ en disant que ce réseau social était mort né, avec certes un nombre d’inscrits record en quelques mois seulement après son lancement, mais que cette plateforme était ville morte, les derniers chiffres du Global Webindex a fait couler beaucoup d’ancre.

On estime donc que :

  • Facebook recense 51% des utilisateurs actifs
  • Google+ : 21%
  • Twitter et YouTube : 21%

Résultats étude Google+ devant Twitter Décembre 2012

On ne contestera donc pas la domination de Facebook dans ce résultat. Ce que l’on pourrait éventuellement remarquer c’est que Twitter ne totalise que 21% des utilisateurs actifs – au même titre que YouTube. Il y a tout de même de quoi étonner…

Une controverse sur les données collectées

On peut se demander comment Global Webindex a fait pour obtenir ces résultats dans la mesure où l’on ne mentionne que les utilisateurs actifs. De fait les questions qui en découlent :

  • Prennent-ils en considération uniquement les connexions quotidiennes ? Au quel cas dès lors où je me connecte à mon compte Gmail, je suis automatiquement connectée à Google+.
  • Prennent-ils en considération les autres outils de type Tweetdeck et Hootsuite dans leurs chiffres ? Au quel cas s’ils n’étaient pas pris en compte, mon compte Twitter ne serait pas pris en compte comme connecté.
  • Comment font-ils le distingo entre Google+ et YouTube, vu que Google centralise toutes ses plateformes et qu’un seul compte Google suffit pour que je sois connectée à Google+ et YouTube ?
  • Prennent-ils en considération également le taux d’engagement – peut être plus pertinent que la simple donnée autour des utilisateurs actifs…

Les questions pourraient être nombreuses mais je laisse à votre imagination le soin d’en trouver d’autres tout aussi pertinentes.

Ceci étant, et quand bien même ces chiffres, on est tout de même en droit d’envisager des raisons à cette augmentation d’activité sur Google+.

Google+, les outils pour générer une utilisation

Depuis peu Google+ a mis en place des outils et autres formes d’alertes pour se mettre en avant. On a pu donc lister les éléments suivants (liste non exhaustive) :

  • Applications ludiques
  • Pages entreprises
  • Communautés
  • Notifications de ses différents cercles
  • Association de son compte Google+ à YouTube

J’ai personnellement vu une augmentation de mon utilisation de Google + depuis la mise en place des pages communautés vu que je reçois par email des notifications de publication des autres membres de la communauté.

De la même manière et presque simultanément, je me suis vu proposer de m’abonner aux mises à jour de certains de mes cercles. Dès lors, toute la journée je vois des notifications apparaitre sur ma barre de navigation Google.

Comme nous sommes habitués à cliquer sur les notifications Facebook, nous cliquons tout naturellement sur les notifications Google, entrainant donc une utilisation du service. Néanmoins, cela implique une réduction de l’usage de Twitter ?

Twitter en recul ?

A la vue des résultats de l’étude de Global Webindex, on se pose légitimement la question d’une baisse de l’utilisatuion de Twitter. De fait, il est important de considérer le fait que Twitter, via son API relativement facile à comprendre et à utiliser a entrainé la création de très très nombreux « Bots ». Combien sommes nous à avoir été suivis par des profils Fake et autres comptes non actifs ? Combien possèdent plusieurs comptes ? Les réponses sont clairement évidentes, il n’est nul besoin d’enfoncer des portes ouvertes.

Ceci étant, je rebondis sur ma remarque de tout à l’heure. Les données de  Global Webindex prennent-elles en considération les plateformes de gestion centralisées ? Dans ce cas, il est important de mentionner le fait que nombreux sont les utilisateurs à faire us de telles plateformes et que l’augmentation du nombre d’utilisateurs que connait en outre Twitter fait que, mécaniquement, l’utilisation de ces plateformes tend à augmenter.

 Augmentation des utilisateurs Twitter

Ceci n’empêche que Twitter connait une croissance sans comparaison surtout quand on considère le poids financier de la plateforme sociale comparé à Google : Twitter vs. Google+ est réellement David contre Goliath.

Quoiqu’il en soit, il est nécessaire de tempérer le point de vue global dans la mesure où Twitter, Facebook, TouTube et Google+ n’ont pas les mêmes objectifs. Faisons donc un focus sur cet alien que tout le monde s’accorde à détester…

Google+ perspective et prospective

Google+, on aime le détester. Pourquoi on l’aime et on le déteste à la fois ? On l’aime parce qu’il indexe automatiquement les contenus que l’on partage avec lui. On l’aime parce qu’il y a moins de « kikou LOLs » que sur Twitter (coucou Justin !). Mais on le déteste parce que c’est Google et parce qu’il faut passer par lui, mais on ne sait pas pourquoi.

En fait, pour parler de perspective et de prospective, Google+ est à rapprocher du Google Knowledge Graph. Là vous me direz « elle serait pas un peu sous speed la d’moiselle ? » et vous auriez tort de vous en priver, mais il se trouve que non. Non, je ne suis pas sous speed, et non ce n’est pas délirant de rapprocher Google+ du Knowledge Graph pour plusieurs raisons.

  1. Parce que Google+ permet aux personnes et aux entreprises de se recenser (se références) sur le moteur de recherche (rappelez-vous, au début, on ne pouvait s’inscrire qu’avec son vrai nom)
  2. Parce que le Knowledge Graph est très axé sur la notoriété et donc sur les informations relatives aux personnes et aux sociétés
  3. Parce que Google+ nous incite à partager du contenu.

Et je vais, pour conclure, vous donner mon avis, si humble soit-il, sur les implications de Google+ et du Knowledge Graph…

Je pense en toute honnêteté que les liens que l’on partage sont identifiés par Google, c’est-à-dire que Google identifie des choses auxquelles nous nous intéressons. De plus, nous appartenons de plus en plus à des pages communautés qui sont elles aussi nommées. Dans cette perspective, on pourrait très bien imaginer que Google nous identifie comme influent de telle ou telle thématique. C’est ainsi que l’on pourrait avoir le droit en nous « googlant » (je dis googlant, parce que googleisant, je ne trouve pas ce mot joli du tout) à notre encart comme Léonard de Vinci, en mode expert de telle ou telle thématique.

Léonard de Vinci Google Knowledge Graph

Imaginez ce que cela signifierait pour les entreprises, les marques, les organisations… Google contribuerait à construire tout un univers de savoirs autour d’une entité (personne physique ou morale), privilégiant ainsi le contenu, son partage et surtout son accès.

Mais je laisse le soin à vos esprits de divaguer pour entr’apercevoir le web de demain. N’hésitez pas à donner votre avis où même à partager avec nous votre vision des choses, ça m’intéresse.

 

Anne Delauney-Ladevèze

Anne Delauney-Ladevèze

Consultante Internationale SEO SMO en agence (1ere Position), je suis en charge de réaliser pour mes clients les stratégies SEO et SMO (social média) avec toujours en ligne de mire la visibilité et la e-réputation. Je combine mes expériences passées et ai une vision du Web globale (Marketing, Communication, Sales, SEO, CRM, 2.0). Anciennement Community Manager à l'International pour un cabinet d'études de marchés et Responsable Marketing, Communication sur l'Europe Centrale pour un éditeur d'ERP en Allemagne, je suis trilingue (français, anglais, allemand). Mes passions dans la vie ? Les voyages, la photographie, l'art sous toutes ses formes, les amis, la famille ! Point caractéristique ?! Curiosité, ouverture d'esprit et soif de savoir, surtout de partager !
Anne Delauney-Ladevèze

Vous aimerez aussi...