Faut-il céder aux sirènes de l’automatisation des médias sociaux ?

Le par | Catégorie: Novice, Réseaux sociaux.

Tags: , , , , , ,

Cette semaine sur le blog Youseemii, j’aimerais parler d’un sujet pouvant concerner l’ensemble des Community Managers : l’automatisation des médias sociaux.

Qu’est-ce que c’est ?

Ce concept rassemble tout simplement tous les outils du web vous permettant de faire travailler la machine, pour gagner du temps dans la construction de votre présence sur les médias sociaux. Pour mieux visualiser les choses, je vous propose de prendre connaissance de certaines pratiques :

1) L’auto-follow back

Définition : suivre automatiquement une personne sur Twitter, après que celle-ci vous ait suivi.

Conséquence : vous pouvez vous retrouver facilement avec plusieurs centaines voire milliers de followers partageant du contenu sur votre flux d’actualités, mais sans aucun rapport avec vos centres d’intérêts. Cette pratique peut sembler utile pour gagner facilement des followers, (surtout si vous le mentionnez dans votre bio), mais très improductive en termes de contenus.

2) L’auto-unfollow back

Définition : ne plus suivre automatiquement les personnes venant de supprimer l’abonnement à votre compte.

Conséquence : cette pratique suggère alors que les abonnements que vous avez ne sont effectifs uniquement dans un objectif comptable, et que vous n’avez que faire du contenu publié par ces personnes. Pire encore, cela montre un certain côté puéril de votre présence.

3) Le Mass-follow et l’Auto-DM

Vous pouvez retrouver un article que j’ai écrit sur le sujet en vous rendant ici.

Et Twitter y a pensé aussi dans son Centre d’aide. Regardez ces messages ci-dessous :

4) La programmation de publications

Définition : comme vu au début de l’article, il est possible de programmer les publications de vos différents espaces sociaux, selon l’heure et la date.

Conséquences : si vous choisissez de pratiquer ce type de Community Management, vous prenez le risque d’être absent lors de questions posées par les internautes. Par définition, si vous programmer, c’est que vous compter faire autre chose au même moment. Il y a ici un souci avec l’aspect social de votre présence.

Cette méthode réside tout simplement dans le fait de vouloir programmer des messages sur vos différents espaces sociaux tels que Facebook, Twitter ou encore Google +.

Pour bien comprendre, je vous propose de vous montrer comment il est possible de programmer ses contenus sur ces différentes plateformes :

Sur Facebook

Facebook offre la possibilité dès la page fan de pouvoir programmer directement ses publications pour les heures,jours et mois à venir. Ce module se présente de la manière suivante :

Attention : il est nécessaire de faire une programmation intelligente des publications, pour ne pas que cela saute aux yeux des internautes. Par exemple, observez la capture d’écran ci-dessous :

Pour le coup, on pourrait penser que la publication est faite manuellement. Mais lorsque l’on observe que ces 4 publications sont effectuées au même moment à la seconde près, et que vous obtenez une suite de publications comme sur cette capture ci-dessus, ce n’est pas optimal.

Sur Twitter

A l’inverse de Facebook, il n’y a pas de fonctionnalités natives permettant la programmation de tweets. Vous pouvez cependant passer par des outils tels que ClockTweet ou Hootsuite, qui vous permettront de programmer l’heure de publication d’un message, tel que ci-dessous :

Vous pouvez même décider d’aller encore plus loin, en laissant le choix à Hootsuite de déterminer mathématiquement l’heure la plus pertinente en termes d’audience, pour la publication d’un ou plusieurs tweets.

Dans ce cadre, je vous propose de prendre connaissance des règles d’automatisation prévues par Twitter :

« La publicité de masse, automatisée est interdite sur Twitter.
Les mises à jour publiées automatiquement sur votre compte et pour lesquelles vous recevez une compensation (pour chaque clic, vente ou tweet, ou autre) sont interdites.

Notre politique concernant la publicité est encore sujette à évolution mais en attendant, nous tolérons certaines formes de publicité :

  • Promouvoir votre entreprise ou votre site Web.
  • Faire des recommandations non rémunérées.
  • Tweeter des liens sponsorisés ou rémunérés s’ils sont manuellement postés et approuvés.

Vos tweets peuvent-être sponsorisés par un tiers si vous les publiez et les approuvez manuellement. Ces tweets ne peuvent en aucun cas être automatisés. En plus de ces conditions, les règles suivantes s’appliquent également :

  1. Ne pas poster plusieurs fois le même message.
  2. Si vous utilisez une application tierce pour approuver et poster vos tweets, elle doit fonctionner avec une authentification de type OAuth. Consultez la FAQ ci-dessous pour de plus amples informations.
  3. Soyez transparent et faites savoir si la mise à jour que vous publiez est sponsorisée ou rémunérée. »

Vous pouvez retrouver l’ensemble des règles écrites ici.

Sur Google +

De la même manière que sur Twitter, il n’est pas possible nativement de programmer ses publications. Mais avec Do Sharevous pouvez pallier à cela, comme le montre la capture d’écran ci-dessous :

(Source : Blog du Moderateur)

A consommer avec modération

Pourquoi j’écris aujourd’hui cet article ? Car je pense qu’il est nécessaire de bien comprendre les différentes significations pour une entreprise ou une personne de passer par l’automatisation de sa présence sur les médias sociaux.

L’objectif des médias sociaux est d’engager la conversation avec sa communauté de fans/internautes sensibles à sa marque / personne. Cette conversation se veut d’être échangée « d’humain à humain » si j’ose dire. On rentre dans un cadre spécifique et particulier lorsque l’on anime par exemple un compte twitter. L’internaute attend une ou plusieurs réponses de votre part. Alors, si vous programmez du contenu, et que vous ne pouvez pas lui répondre, cela est particulièrement dommageable.

Bien sûr, il y a des fois où l’on ne peut pas faire autrement, et l’on est obligé de recourir à cette forme d’automatisation. Je pense notamment à la programmation de statuts, qui elle, est parfois très utile au Community Manager. Celle-ci doit tout de même rester marginale.

Clément

Clément

Community Manager Freelance & formateur à l'IFOCOP, j'accompagne les entreprises dans leur développement sur les médias sociaux. Passé par des agences telles que Publicis Verbe ou Publicis Activ, je m'efforce de décrypter les usages business des tendances du web social sur le blog de Youseemii, ainsi que sur mon blog personnel.
http://www.pellerin-formation.com/
Clément

Vous aimerez aussi...